Préavis municipal 12/07


AU CONSEIL COMMUNAL DE BLONAY

 
Préavis municipal nº 12/07, Demande de crédit de fr. 340'000.-- pour l'exécution de forages dans la Haute Veveyse de Fégire dans un but de prospection hydrogéologique

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Conseillers,
Préambule
La Commune de Blonay exploite ses propres ressources en eau, à la production desquelles s'ajoutent les appoints du SIGE et d'Eauservice Lausanne. Si l'autonomie d'approvisionnement est assurée en période de consommation moyenne, à l'étiage, les soutirages sur les réseaux voisins représentent des volumes conséquents. Cette dépendance a été particulièrement marquée lors des récentes et successives années arides.
A long terme, la proportion des apports extérieurs pourrait donc croître massivement, par l'effet combiné de l'augmentation progressive de la population et de la fréquence plus élevée des sécheresses estivales.
Au vu de cette évolution, la Municipalité souhaite explorer le potentiel hydrique de la Haute Veveyse de Fégire pour développer, le cas échéant, les ressources communales et définir un concept global de captage et adduction d'eau en partenariat avec la Commune de Saint-Légier-La Chiésaz. Le présent préavis vise ainsi l'exécution de forages d'essais pour prospection hydrogéologique dans le secteur précité, suite aux précédentes phases d'études historiques et de mesures géophysiques.

Les sources
L'essentiel de l'approvisionnement communal en eau potable s'effectue par pompage. Seules les sources du Crépon et du Pré des Planches, ainsi que la liaison d'appoint sur le réseau lausannois au réservoir de Tercier, s'effectuent gravitairement. Etendues sur un vaste territoire, les ressources dont dispose le Service des eaux de Blonay sont les suivantes :
? Source des Tenasses, altitude 1'220 m, débit moyen 140 l/min, débit d'étiage 30 l/min, pompage au réservoir des Pléiades de 2 x 100 l/min
? Sources du Pisse-Rosset, altitude 1'135 m, débit moyen 80 l/min, débit d'étiage 30 l/min, pompage au réservoir d'Ondallaz de 2 x 100 l/min
? Sources d'Ondallaz, altitude 1'100 m, débit moyen 30 l/min, débit d'étiage 15 l/min, pompage au réservoir d'Ondallaz de 2 x 35 l/min
? Source du Pré des Planches, altitude 880 m, débit moyen 15 l/min, débit d'étiage 5 l/min, appoint par pompage depuis le réservoir du Crépon
? Source du Crépon, altitude 805 m, débit moyen 690 l/min, débit d'étiage 300 l/min, alimentation des Chevalleyres, trop-plein à la Chaniaz et à Tercier, appoint possible par pompage depuis le Signal au réservoir du Crépon
? Sources du Signal, altitude 770 m, débit moyen 180 l/min, débit d'étiage 90 l/min, alimentation de la zone desservie, trop-plein à la Chaniaz, appoint possible par pompage depuis la Chaniaz
? Sources de Chantemerle, altitude 620 m, débit moyen 260 l/min, débit d'étiage 180 l/min, adduction par pompage au réservoir de Tercier, avec pompage d'appoint à la Chaniaz.
Si le débit moyen des sources communales est suffisant pour couvrir les besoins du réseau, l'apport complémentaire garanti par Eauservice Lausanne ainsi que le SIGE est indispensable en étiage, comme l'a rappelé la période 2003-2005 pendant laquelle les précipitations particulièrement déficientes n'ont pas permis la réalimentation suffisante des nappes d'eau souterraines. Les volumes achetés par la commune lors des cinq derniers exercices sont rappelés ci-dessous :
2002 : 13'500 m_
2003 : 128'000 m_
2004 : 90'000 m_
2005 : 113'000 m_
2006 : 50'000 m_
Concept global d’approvisionnement de Blonay et Saint-Légier-La Chiésaz
Le potentiel d'eau potable de la Haute Veveyse de Fégire pose le problème du transport éventuel jusqu'aux abonnés. Du fait de distances de plusieurs kilomètres en terrain difficile, l'intérêt de la démarche réside dans la coordination possible entre l'augmentation de la ressource et le remplacement programmé d'importantes infrastructures de transport existantes sur le réseau de Saint-Légier-La Chiésaz. En effet, celui-ci comprend des adductions particulièrement étendues pour assurer le transport de l'or bleu jusqu'au réservoir de tête du Mont Blanc, à partir duquel l'eau est distribuée aux abonnés de la commune voisine, mais qui alimente également la chambre coupe-pression de Tussinge. A ce jour, la longueur totale des conduites d'adduction est de plus de 12 km. A l'amont de la chambre des Allamands, un axe qui traverse deux fois la Veveyse de Fégire dans une topographie particulièrement tourmentée rejoint les sources des Issalets (I et II), ainsi que de la Roche Eboulée. Un peu plus au sud, le second axe remonte jusqu'aux sources de Fontannaz David. L'adduction jusqu'au réservoir du Mont Blanc à partir de la chambre des Allamands (qui reçoit également l'eau de la source de la Cergne) reçoit, le long de son tracé, la production des sources du Bois Devin, de la Pra et des Toules.


Le plan directeur de la distribution de l'eau (PDDE) de Saint-Légier-La Chiésaz propose le remplacement des conduites d'adduction existantes d'âge avancé, ainsi que la création d'un nouveau régime de pression supérieur à l'amont du réservoir du Mont Blanc. Dans ce but, un réservoir est prévu au lieu-dit "En Saumont" à une altitude de 900 m. Ainsi, la désinfection de l'eau à réaliser sur ce site (actuellement le dispositif de dégermination par irradiation aux rayons ultra-violets est installé dans la chambre des vannes du réservoir du Mont Blanc) doit garantir la sécurité sanitaire des branchements privés raccordés le long de la route de Châtel qui ne disposent pour l'instant que d'une alimentation en eau brute. De plus, le nouveau réservoir de Saumont assurera, par son plan d'eau, la pression dans les conduites avec libération sur demande de la réserve incendie qui s'y trouvera bloquée, soit une amélioration déterminante des moyens de lutte contre le feu.
Vu les longueurs cumulées des adductions de Fontannaz David et du groupe Issalets-Roche Eboulée, le PDDE propose de conserver un axe unique entre le Cergnette et le réservoir de Saumont, sur le tracé de l'amenée des eaux de Fontannaz David, ce qui présente l'avantage non négligeable de délaisser les abords abrupts et instables de la Veveyse de Fégire. Ces aménagements rendent nécessaires la construction d'une station de pompage au lieu-dit "Sainte-Hélène", pour refouler l'eau des Issalets et de la Roche Eboulée à la chambre de rassemblement de la Cergnette, qui réceptionnera d'autre part l'eau de Fontannaz David.
Ce co, en dimensionnant les ouvrages sur la base du débit supplémentaire qui serait capté et en intégrant à la réflexion la possibilité de valoriser par production d'énergie les importantes dénivellations de la région.
La mise en exploitation de nouveaux captages aurait des répercussions sur les infrastructures existantes qui sont aujourd’hui à quasi saturation et dans une configuration délicate. A ce stade, plusieurs inconnues doivent être levées par étapes, la première consistant à déterminer le ou les meilleur(s) emplacement(s), de manière à disposer d'un débit d'étiage conséquent, apte à justifier l'ensemble des travaux dont le coût est important. Ensuite, l'altitude des chambres de captages, souhaitée suffisamment élevée pour garantir une adduction gravitaire, permettrait de définir un tracé jusqu'à la chambre de rassemblement de la Cergnette.
Ce concept vise une gestion intégrée des eaux en privilégiant l'autonomie d'approvisionnement, la valorisation énergétique de la ressource et le partenariat pour la répartition des investissements. De plus, la maîtrise à long terme du prix de l'eau deviendra un sujet de plus en plus présent dans les problématiques communales. Ainsi, le potentiel hydrique de la Haute Veveyse, s'il venait à être exploité, garantirait à la Commune de Blonay de garder la maîtrise de sa distribution d'eau et de son financement.

Résumé des investigations précédentes
Depuis longtemps, la Commune de Blonay s’est souciée de ses ressources en eau de boisson, compte tenu de ses besoins croissants liés principalement à l’augmentation de sa population. Après l’exécution de la galerie du Crépon (1982), elle a fait procéder, en 1991-92, à un inventaire des sources communales et privées, afin d’établir un bilan et une sélection des sources à réhabiliter ou à capter.

Dans une seconde étape, sur les captages retenus, ont été exécutées les études pour la délimitation des zones de protection, parallèlement au captage de nouvelles ressources (Chantemerle 1997-98) et à la réhabilitation de captages (dont ceux rachetés à Pléiades Sud) : Ondallaz, Tenasses (1995), création d’un nouveau réseau des Pléiades (Pisse-Rosset, Signal).
De plus, des travaux importants ont eu lieu sur le réseau de distribution, dont un nouveau réservoir (dit « d’Ondallaz »), un raccordement entre les sous-réseaux du Signal et du Crépon, renouvellement de stations de pompage, gestion du réseau, prise sur le SIGE, etc.
Depuis quelques années, les achats d’eau ont augmenté (jusqu’à dépasser parfois fr. 100’000.-- par an) démontrant la nécessité de nouvelles ressources propres. C’est pourquoi des études ont été initiées en 2003 par Blonay, sur son territoire dans la Haute vallée de la Veveyse de Fégire (secteur La Joux-Petit Caudon). Cette région présente en effet deux avantages, soit des hautes eaux estivales simultanées aux basses eaux des ressources actuelles de moyenne altitude et une assurance à long terme sur la qualité chimique par rapport aux nappes de plaines ou au lac, par exemple. La Commune de St-Légier possède des captages plus en aval et les eaux pourraient transiter par la conduite existante qui doit de toute façon être remplacée. La reconnaissance hydrogéologique sur le terrain a apporté les éléments favorables nécessaires:
- structures géologiques et perméabilités rocheuses avantageuses
- indices d’eau souterraine en quantité
- présence d’épais dépôts de terrains meubles quaternaires (50 à plus de 100 m) avec moraine graveleuse locale aquifère et forte probabilité de graviers aquifères.
D’emblée, trois aquifères peuvent être recherchés, parfois sur un même point : moraine locale graveleuse; plus en profondeur, graviers intercalés dans la moraine peu perméable et finalement roches fracturées en profondeur.
Sur cette base, il a été recommandé de prospecter le secteur par sondages sismiques, pour d’une part détecter la profondeur de la surface rocheuse et, d’autre part, en repérer les zones les plus fracturées.
C’est ainsi qu’en 2004 ont été exécutés 4 profils sismiques sur les deux territoires, entre Issalets et Petit Caudon. Leurs objectifs consistaient à confirmer l’épaisseur, voire la nature des terrains meubles, les zones fracturées (donc perméables et aquifères) du soubassement rocheux et les structures rocheuses profondes (synclinaux : couches en U concentrant les flux souterrains et débouchant de façon cachée dans les dépôts meubles de la vallée). Précisons qu’une zone faillée importante est supposée longeant le pied du versant. Les zones d’intersection des structures synclinales et des failles constituent des cibles potentiellement très intéressantes. Cette campagne a permis d’identifier 7 zones cibles pour de futurs forages de reconnaissance, dont les profondeurs ont pu être estimées entre 40 et 175 m selon les cibles.
En 2005, une campagne de sondages électriques a été exécutée dans le même secteur, en incluant également la zone de Fontannaz David, en vue d’améliorations des captages existants. Cette méthode permet de déterminer la succession des terrains dans le sous-sol en s’appuyant sur leur résistivité électrique. Elle permet ainsi de distinguer la moraine limono-argileuse imperméable des graviers perméables (secs ou saturés d’eau), la roche calcaire fracturée et saturée ou non des schistes argileux, etc. Par contre, les profondeurs sont moins précises que celles données par la sismique, mais la combinaison des deux résultats améliore considérablement la connaissance indirecte du sous-sol.
Travaux de forage projetés
Sur cette base, 8 implantations de forage ont pu être définies, soit 3 sur le territoire de St-Légier et 5 sur celui de Blonay :
Blonay
- site 1, en amont de La Joux et en bas du versant, forage de 135 m dans des graviers puis de la cornieule supposée très aquifère
- site 2, en amont de La Joux proche de la route, forage de 175 m dans une zone très fracturée du rocher
- site 3, un peu plus en amont le long de la route, forage de 110 m dans la roche fracturée
- site 4, en aval du Petit Caudon, forage de 45 m pour atteindre des graviers
- site 5, au pied du versant du Petit Caudon, forage de 90 m pour chercher les calcaires fracturés situés au-dessous des schistes aaléniens imperméables.

Ces forages seront équipés de tubes piézométriques 4’’et 6’’, d’une part pour les tester par pompage et, d’autre part, pour observer les variations de niveaux en période de basses eaux. Ces données sont indispensables pour fixer les profondeurs de captages et estimer les débits exploitables. Précisons encore qu’il est possible que des eaux en pression soient rencontrées et qu’en priorité on recherchera des écoulements gravitaires.
L’exécution de ces forages est indispensable avant tous les autres travaux car ils permettront d’une part de se déterminer définitivement sur les réserves réelles et exploitables en eau souterraine de cette région, de suivre leur variation durant l’étiage, de définir le type d’ouvrage, d’implanter plus sûrement le ou les captage(s) et enfin de connaître le débit final à transporter.
Devis des travaux de forage
Compte tenu de l’évolution du marché, les coûts des forages sont censés augmenter de 12% en 2007. Les prix obtenus dans notre appel d’offres sont ceux de 2006, applicables exceptionnellement encore en 2007, selon l’entreprise la moins distante.
Désignation Commune
de Blonay Commune de
St-Légier Total
Installation de chantier _ soit fr. 19'000.-- fr. 19’000.-- fr. 38'000.--
Forages équipés + pompages fr. 241’000.-- fr. 175’000.-- fr. 416'000.--
Honoraires fr. 80’000.-- fr. 75'000.-- fr. 155'000.--
Total (HT) fr. 340'000.-- fr. 269'000.-- fr. 609'000.--
Le coût des travaux incombant à la Commune de Blonay figure au plan des investissements 2007.

Travaux futurs
Les divers ouvrages nécessaires à la matérialisation du concept global d'augmentation des ressources de Blonay et Saint-Légier peuvent être résumés de la manière suivante :
1. Remplacement de la conduite d'adduction depuis le réservoir du Mont Blanc jusqu'au site du futur réservoir de Saumont.
2. Construction du réservoir de Saumont.
3. Remplacement de la conduite d'adduction depuis le réservoir de Saumont, jusqu'au site de la nouvelle chambre de rassemblement de la Cergnette et pose, en parallèle, sur le tronçon inférieur, d'une conduite d'adduction pour la source de la Cergne.
4. Construction de la station de pompage des Issalets, pour le refoulement de l'eau des sources des Issalets I et II, ainsi que de la Roche Eboulée.
5. Pose d'une conduite d'adduction / refoulement entre les Issalets et la Cergnette.
6. Construction d'un ouvrage de captage dans le secteur Grande Bonavau – Petit Caudon.
7. Pose d'une conduite d'adduction entre le nouvel ouvrage de captage et la chambre de rassemblement de la Cergnette.
8. Construction, coordonnée avec la réalisation des étapes précitées, des installations de turbinage économiquement rentables pour valoriser le nouveau réseau qui serait ainsi créé jusqu'au réservoir du Mont Blanc.
9. Aménagement de la liaison avec le réseau de St-Légier par remplacement d'un tronçon de la conduite d'adduction entre le réservoir du Mont Blanc et Tusinge, ainsi que la construction d'une nouvelle chambre coupe-pression à Tusinge.

Le moment venu, un devis estimatif, à établir sur la base des données issues de la prospection hydrogéologique, permettra d'envisager la concrétisation du projet en se fondant sur la qualité de l'eau à capter, le débit exploitable, l'amortissement potentiel par la production d'énergie, ainsi que la possibilité de maîtrise du prix de l'eau à long terme.
Si tous ces paramètres sont réunis, le coût estimé à ce stade est de fr. 7'500'000.--, auquel peuvent s’ajouter d’autres travaux sur le réseau de Blonay.
Dans un esprit d’équité vis-à-vis des autres communes du district rattachées au réseau du SIGE, notre prix actuel de l’eau de fr. 1.20/m3 sera adapté ultérieurement.
Echéancier du projet
Le captage de nouvelles ressources en eau constitue une démarche de longue haleine, en particulier dans le cadre du concept discuté ici. Le programme proposé ci-dessous peut dont fortement varier en fonction de procédures à suivre ou de décisions des maîtres de l'ouvrage sur la durée des intervalles entre chaque phase de travaux :

2007 : Prospection hydrogéologique, forages d'essais.
2008 : Avant-projet des ouvrages sur la base des données de l'hydrogéologue, procédure d'autorisation pour de nouveaux captages; construction du réservoir de Saumont.
2009 : Construction du nouveau captage.
2010-2011 : Construction de la conduite d'adduction entre le Petit Caudon (par exemple) et la Cergnette.
2010-2015 : Remplacement par étapes de la conduite maîtresse entre les réservoirs de Saumont et du Mont Blanc.
2011 : Construction de la chambre de rassemblement de la Cergnette, de la station de pompage de Sainte-Hélène et de la conduite de refoulement Sainte-Hélène – La Cergnette.
2010-2015 : Construction des ouvrages de liaison entre le réservoir du Mont Blanc et Tusinge.
2012 : Construction de la conduite d'adduction La Cergnette – En Saumont et du réservoir de Saumont.
2012 : Aménagement d'une installation de turbinage au réservoir du Mont Blanc.

Une convention sera établie pour gérer la répartition intrinsèque des coûts et de l’eau (voir annexe).

Conclusions
Au vu de ce qui précède, nous vous prions, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, de prendre les décisions suivantes :
LE CONSEIL COMMUNAL DE BLONAY
d é c i d e
1. d’autoriser la Municipalité à entreprendre les travaux de prospection d’eau potable dans la Haute Veveyse de Fégire;
2. d’autoriser la Municipalité à signer la convention pour prospection d’eau annexée;
3. de lui octroyer à cet effet un crédit de fr. 340'000.—(HT);
4. d’amortir cette dépense sur une période de 30 ans, conformément au règlement sur la comptabilité des communes;
5. de financer tout ou partie de la dépense par un emprunt de fr. 340'000.--, contracté auprès d’un établissement bancaire ou d’une institution et ce aux meilleures conditions du moment.
Adopté en séance de Municipalité, le 14 mai 2007.


AU NOM DE LA MUNICIPALITE
Le syndic Le secrétaire


H. Mérinat J.-M. Guex




Municipale-déléguée : Mme Patricia Siegler
1099/PSi/fm

Annexes : Plan de situation
Projet de convention