Le pays des narcisses

Au printemps, les prés situés sur les hauteurs de Blonay se couvrent d'une parure blanche que l'on nomme "Neige de Mai" et qui parfume la montagne. Durant les mois de mai et de juin, vous avez ainsi la possibilité de venir découvrir ce phénomène naturel unique en Suisse, en cette région de moyenne montagne de nos coteaux lémaniques. Des sentiers balisés vous donnent l'occasion de vous évader dans un univers inoubliable fleuri de narcisses.



Un patrimoine en passe d’être sauvé

Des écrivains, à l'image d'Ernest Hemingway, ont béni les Préalpes vaudoises quand la "neige de mai" recouvre ses pâturages. Entre Les Avants et Les Pléiades, sur le balcon qui domine Montreux et Vevey, les narcisses appartiennent au patrimoine de la région. Un patrimoine malmené, mais en passe d'être sauvé. L'urbanisation des hauteurs et une agriculture trop longtemps peu respectueuse de l'environnement ont menacé de disparition cette fleur de légende qui doit son nom au héros grec Narcisse. Le temps où une dizaine de tonnes de narcisses quittaient chaque mois de mai la poste des Avants est définitivement révolu. Mais une action est aujourd'hui engagée pour assurer la pérennité de la fleur blanche. Le but est de valoriser I'image de la Riviera en invitant les promeneurs à parcourir les sentiers parfumés à l'odeur entêtante du narcisse.

La floraison commence, selon l'altitude, aux alentours du 15 - 20 mai et dure jusqu'au 5- 6 juin


Les randonnées

Il existe un très officiel "sentier des narcisses", qui fait une boucle entre Les Avants, le Cubly et Sonloup. Expérience faite, d'autres promenades moins connues semblent plus attractives. Par exemple sur la montagne des Pléiades. De l'avis de plusieurs connaisseurs, ses pentes supérieures comptent parmi les plus fleuries de la région.

Le petit train rouge quitte Vevey pour joindre Blonay. De là, la pente se raidit. La crémaillère aide le tortillard à gagner Fayaux à la sortie d'une forêt. Des pâturages richement piqués de narcisses se succèdent alors, à proximité du hameau d'Ondallaz, avant et après la halte de Lally, et jusqu'au sommet des Pléiades. Par la fenêtre du train, le regard embrasse le versant ouest du vallon de Villars: le voyageur y repère à I'oeil nu quelques lambeaux de prés aux reflets argentés.

Au sommet des Pléiades, magnifique vue circulaire sur les Alpes bernoises et valaisannes, les montagnes du Chablais, la chaîne du Mont-Blanc et le Jura, avec à ses pieds le Léman qui se profile jusque vers Genève. Par temps clair, on croirait discerner le jet d'eau.

Le marcheur a alors le choix. De la gare des Pléiades, une classique est de filer plein nord, le long de la croupe qui lui fait face. La gravir avant de culbuter, en faisant un contour vers l'est, sur le chalet de Prantin. De vastes étendues de narcisses, surtout à la descente, font oublier qu'ailleurs dans la région ces fleurs ne couvrent plus que des résidus de prés. Un sentier assure le retour vers les Tenasses en longeant une zone humide remarquable. Un assemblage de rondins de bois invite à la découverte. Le cheminement est agréable à travers cet îlot de nature sauvage étudié et protégé par les botanistes de l'Université de Lausanne. Aménagés en réserve, ces marécages, qui rappellent des coins de «wildness» en Laponie, méritent le détour. Il faut prendre le temps d'observer comment des fleurs carnivores gobent les insectes imprudents.



De la gare des Pléiades, une variante peu connue consiste à emprunter le sentier qui descend à l'ouest, direction la Veveyse, jusqu'au Pré du Chable, puis s'oriente vers le nord et longe le revers des Pléiades jusqu'aux Prés Bettex.
Les pâturages traversés offrent peut-être - c'est un sentiment, on n'a pas mesuré - la plus forte densité de narcisses au m2 des Préalpes vaudoises. Le vaste coup d'oeil sur le Plateau jusqu'au Jura ne gâche rien à la balade. Le retour emprunte le même itinéraire que décrit ci-dessus: par une boucle, le sentier gagne le chalet de Prantin, puis les Tenasses. Du parking, une route mène en dix minutes à la gare de Lally. Un train assure le retour sur Blonay et Vevey. A moins de lui préférer le sentier raide qui plonge dans la forêt de Lally - précisément l'Alplayau - jusqu'à Blonay.