Incendie du Chalet des Pléiades (Ferme brûlée)

Le lundi, 23 février 1903, le feu a détruit en plein midi, un de nos chalets vaudois célèbres, but de course depuis de nombreuses générations : le Chalet des Pléiades, posé à mille mètres, dans une situation unique,
au-dessus des pentes ensoleillées de Blonay et Clarens.

Le matin, la “vaudaire” soufflait avec violence. Le feu de la grande cheminée du chalet détermina, paraît-il, sur le toit, en “tavillons”, par une étincelle, un embrassement si subit qu’en moins de dix minutes
la maison tout entière fut en flammes. Vu la hauteur et les difficultés d’accès, on ne put sauver que le bétail, et la maison, réparée intérieurement en août et septembre 1902, n’offre plus aux regards que des murs calcinés.

Ce fut au chalet des Pléiades, entre autres, que l’excellent peintre genevois Baud-Bovy peignit ses derniers tableaux, dont l’un est au Luxembourg, à Paris : un admirable coucher de soleil. Ce fut aussi aux Pléiades qu’en septembre 1902, les membres du Club alpin suisse, en fête fédérale, passèrent une matinée idéale, dont ils se souviennent encore, riche d’émotions, de discours charmants et de poésie.

Le chalet des Pléiades, ancien pavillon de chasse appartenant à la famille de Blonay, a passé au commencement du XIXe siècle dans la famille Couvreu. Il fut acquis ensuite par la famille Grand-d’Hauteville, qui le possède actuellement.

tiré de la Patrie Suisse, Journal illustré No 247 dixième année
Genève, le 11 mars 1903
pages 62 et 63